2019 étant à son crépuscule, l’occasion nous est donnée de résumer l’année sportive malienne. De l’élimination à la CAN, au goût amer, à l’historique finale de nos U-19 basketteurs, 2019 sera à marquer d’une pierre vert, or et rouge. Petite sélection, non exhaustive toutefois, de ce que nous avons retenu.

Le 7 juillet 2019 à Héraklion, en Grèce, le Mali écrivit l’histoire. La sélection U-19 affrontait ce jour-là les USA en finale de la Coupe du monde.

Jamais une équipe africaine, toutes catégories confondues, n’était arrivée si loin. En U-19, aucune sélection du continent n’avait encore pu faire mieux qu’une onzième place ! C’est dire. Les Aiglons se sont inclinés face aux Américains 93 -79, mais ils ont gagné le cœur des Maliens et le respect de leurs pairs. « Nous avons montré au monde entier tout le potentiel du basket malien », assurait fièrement le capitaine Martin Diakité.

De la fierté, il pouvait en avoir. Le Mali a durant son parcours battu l’équipe du Canada, championne en titre, et la France, qui a terminé sur le podium de la compétition. En outre, deux joueurs maliens figurent dans le cinq majeur du tournoi, Oumar Ballo, meilleur rebondeur et contreur de la compétition, avec « seulement » cinq matchs joués sur sept, et le virevoltant Siriman Kanouté, dernière perle d’une famille de grands basketteurs maliens.

24 heures après cette finale de basket, c’est l’ascenseur émotionnel. Des parquets grecs au gazon égyptien, l’ivresse va céder place à la gueule de bois.

Face à la Côte d’Ivoire, en huitièmes de finale, en dépit d’une outrageuse domination, le Mali a cédé devant les Ivoiriens (1-0) et vu ses rêves de premier sacre s’envoler prématurément. Une élimination précoce lors de cette CAN 2019 qui se conjugue au temps de l’inefficacité offensive.

Quelques mois auparavant, c’est-à-dire en février, le Mali a remporté la CAN U20 au Niger en battant le Sénégal en finale (1-1, 3-2 t.a.b.). Le Mali s’inscrit son nom au palmarès de la compétition. Les Aiglons feront ensuite un parcours honorable au Mondial de la catégorie en Pologne. Les protégés de Mamoutou Kané “Mourlé” ont été éliminés en quart de finale par l’Italie (4-2).

La fin d’une crise

Un mois plus tard, le chassé-croisé entre les deux disciplines s’est révélé plus joyeux, en dehors des terrains cette fois-ci. Après plus de quatre années de crise, les acteurs du football ont enfin pu accorder leurs violons. Ainsi, le 29 août, Mamoutou Touré « Bavieux » est devenu le nouveau Président de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) lors d’une élection qui n’a souffert d’aucune contestation. Quelques heures auparavant, Hamane Niang était à l’unanimité porté à la tête de la FIBA, l’instance dirigeante du basket-ball mondial, après avoir présidé cinq ans FIBA – Afrique.

Les jeunes en forces

Ils ont une nouvelle fois donné le sourire aux Maliens. Dominants ces dernières années, notamment en basket et en football, les jeunes ont repris leurs bonnes habitudes en 2019. En février déjà, la sélection U-20 remportait face au Sénégal la première Coupe d’Afrique de football des moins de 20 ans de son histoire. Une nouvelle ligne au palmarès, après les trophées remportés par les U-17 en 2015 et 2017.

Le mot « domination » pour qualifier les performances des sélections de jeunes en basket serait un euphémisme. Le 3 août, les U-16 maliennes ont complètement débordé des Égyptiennes surclassées pour s’imposer en finale 84 – 48 et trôner sur cette galaxie. Une souveraineté jamais remise en question dans cette compétition. En six éditions, les Maliennes l’ont remporté… six fois.

Loin des médias

Moins prestigieux, le bras de fer n’en a pas moins été important cette année, où le Mali a organisé et remporté le championnat d’Afrique de bras de fer sportif en juillet. Une victoire à tous les étages pour une discipline très peu médiatisée généralement. De nombreux Maliens ont assisté à la compétition et encouragé les leurs pour leur permettre de s’imposer. En handisport, le Mali a remporté le tournoi ouest-africain des sourds en décembre et a fini vice-champion d’Afrique de Cecifoot le même mois, battu en finale par l’ogre africain qu’est le Maroc.

De belles promesses

Comme en 2017, lors de son Afrobasket, la sélection féminine du Mali s’est adjugée en août la troisième place de la compétition biennale, après une victoire devant le Mozambique. Une performance due à un alliage générationnel qui devrait arriver à maturité dans deux ans, afin de permettre aux Aigles Dames de viser plus haut.

Toujours en basket, cette fois-ci en clubs, l’AS Police a obtenu début décembre son ticket pour la Ligue africaine de basket, compétition créée par la FIBA dont la première édition se tiendra en 2020. Enfin, le Djoliba AC, qualifié cette année pour la phase de groupes de la Coupe des confédérations de la CAF, occupe provisoirement, après deux journées, la deuxième place de sa poule.

Boubacar Sidiki Haidara

Journal du Mali

No Comments

P