La capitaine de l’équipe nationale du Mali Meiya Tirera a annoncé qu’elle prenait sa retraite internationale avec effet immédiat.

La joueuse de 33 ans, qui a participé à sept éditions du prestigieux FIBA Women’s AfroBasket, a pris cette décision après avoir tout récemment conduit son pays sur la 3è marche du podium – pour une troisième fois consécutive – à Dakar (Sénégal).

Tirera, qui a fait ses débuts continentaux avec la sélection nationale en 2005, aidant le Mali à prendre un 5e rang, appartient à un club très exclusif de basketteuses africaines ayant participé à sept éditions du FIBA Women’s AfroBasket.

Son engagement tout au long des années et sa capacité à progresser tout en développant les différents compartiments de son jeu sont absolument remarquables.

Tirera a tourné à 14.2 points, 7.2 rebonds et 2.4 assists de moyenne au FIBA Women’s AfroBasket 2019.

Joueuse très respectée par ses adversaires, Tirera est connue pour son sourire contagieux sur le terrain, cachant une détermination et un leadership naturel, solides stats à l’appui.

Tirera est la première à aider la femme qui défend sur elle à se relever si elles sont tombées ensemble, à admettre ses erreurs, à aller consoler ou féliciter l’équipe adverse. Le fair-play est inscrit en elle.

 

Hors des terrains, Tirera endosse le rôle d’une seconde mère. Elle se préoccupe du bien-être de tout le monde, ne manquant pas de faire des blagues pour que l’ambiance reste détendue au possible.

Silhouette longiligne, long front, la porteuse du maillot N° 13 va manquer au Mali. Une vraie capitaine menant par l’exemple, elle laissera à n’en pas douter un vide dans les vestiaires de sa sélection nationale.

Tout au long de sa carrière, Tirera a été une basketteuse très agréable à voir jouer. Sa capacité à prendre les bonnes décisions, son efficacité et, plus important encore, son leadership dès très jeune sont autant de qualités qu’elle n’a eu cesse de démontrer durant toutes ces années.

Dans une interview accordée juste après le gain de la médaille de bronze, Tirera a déclaré : “Je vais prendre ma retraite. Je suis fatiguée et ceci était mon ultime [FIBA Women’s ] AfroBasket. J’ai fait ma part du travail au cours des 14 dernières années. Le moment est venu que les jeunes comme Mariam [Alou Coulibaly] et Kadidia [Maiga] prennent le relais. J’ai confiance en cette équipe.”

Alors que le Mali est en pleine transition et qu’il récolte les fruits des efforts consentis pour la formation des jeunes, la décision de Tirera semble arriver au bon moment.

Au FIBA Women’s AfroBasket 2019, le Mali a aligné la deuxième équipe la plus jeune, avec un âge moyen de 24 ans, contre 23 ans pour l’équipe nationale d’Égypte.

Rokia Doumbia (20 ans) était la plus jeune au sein d’une sélection qui comptait trois femmes âgées de 21 ans (Mariam Alou Coulibaly, Adama Coulibaly et Assetou Diakité) et trois de 22 ans (Kadidia Maïga, Goundo Diallo et Djénéba N’diaye), pour un total de sept joueuses de moins de 23 ans.

Avec ceci à l’esprit, la décision de Tirera apparaît logique. Elle laisse derrière elle une forme d’héritage, puisqu’au cours de ses années passées en sélection, le Mali a affirmé sa place vers le sommet de la hiérarchie du basket féminin africain.

L’ailière de 1.87m a participé aux JO de Beijing en 2008 et à la Coupe du monde féminine FIBA 2010 en République tchèque.

FIBA

No Comments

P