«La gestion du football est un saut dans l’inconnu. Nous nous sommes créés énormément d’occasionsmais on n’a pas réussi à marquer. La Côte d’Ivoire n’en a eu que deux et elle a fait la différence.

C’était un jour sans pour nous et le seul regret,ce sont ces occasions manquées. J’explique cela par le stress, un manque de concentration et de réalisme devant les buts adverses».Le sélectionneur national par intérim, Mohamed Magassouba est apparu très déçu en conférence de presse, après la défaite 0-1des Aigles, face à la Côte d’Ivoire, 0-1, lundi en huitièmes de finale de la CAN.

Le technicien malien et ses hommes rêvaient de battre les Eléphants et vaincre le signe indien, mais comme leurs devanciers, ils ont échoué et dit adieu à la 32è édition de la CAN, Egypte 2019. Après le coup de sifflet final de l’arbitre zambien Janny Sikazw, c’étaient la tristesse et la désolation dans le camp malien. Presque tous les joueurs ont pleuré, y compris ceux qui sont restés sur le banc et l’émotion était encore plus grande, lorsque le capitaine Abdoulaye Diaby et ses coéquipiers se sont présentés devant les supporterspour leur adresser des messages d’excuses et de regret.

«Je suis déçu comme tous mes camarades, parce que nous méritions mieux. Nous avons été meilleurs et au-dessus de notre adversaire. Nous aurions pu aller à la pause avec une bonne avance, mais dommage pour nous. C’est triste et nous rentrons avec d’autres ambitions pour le football malien», a confié Moussa Maréga qui est élu Homme du match.

Le jeune milieu offensif, Sékou Koïta abondera dans le même sens, en expliquant que les Aigles ont simplement manqué de réussite, face aux Eléphants. «Nous avons dominé tout le match, la défaite est cruelle, mais c’est la loi du football. Il y a toujours un vainqueur et un vaincu. Le meilleur ne gagne pas toujours. On voulait tout faire pour offrir la victoire aux Maliens, mais une fois encore ça n’a pas marché. Nous présentons nos sincères excuses au peuple malien et félicitons les Ivoiriens pour leur qualification», a déclaré l’ancien joueur de l’USC Kita.

Pour le défenseur Mamadou Fofana, il faut tourner la page et regarder vers l’avenir. «Le football se joue sur des détails. Le mali ne méritait pas de perdre ce match, mais c’est comme ça. Je dis félicitations aux Ivoiriens. Pour ce qui nous concerne, on va travailler pour revenir en force. On est déçus, mais après tout c’est le football, il faut se concentrer sur l’avenir», dira Mamadou Fofana qui a réalisé un match irréprochable dans la charnière centrale aux côtés de son aîné, Molla Wagué. Le jeune international poursuivra : «Nous disons un grand merci à tout le peuple pour son soutien. Nous sommes jeunes, l’avenir nous appartient».

Dans le camp ivoirien, les joueurs et les supporters ont fêté la qualification dans la bonne humeur et la joie. Ils ont chanté et dansé pendant de longues minutes sur la pelouse et dans les travées du stade de Suez. «Nous savourons cette victoire, parce que ce n’était pas facile face à une belle équipe du Mali.

Nous avons laissé passer l’orage en première période avant de nous réorganiser à la reprise et cela a produit un effet. C’est une compétition où il y a sept matches à jouer et nous en avons joué quatre. Maintenant, il reste trois matches dont le prochain contre l’Algérie que nous allons préparer comme tous les autres. J’ai une mission qui m’a été confiée, à savoir préparer une équipe pour 2021», a analysé le technicien ivoirien, Ibrahima Kamara.

Resté sur le banc pour cause de blessure, le capitaine des Eléphants, Serge Aurier insistera surtout sur l’esprit de groupe, avant de révéler que les joueurs se sont beaucoup parlés après leur piètre prestation en première période.«On est tombés sur une valeureuse équipe malienne, mais on aurait pu mieux faire. Il faut qu’on prenne plus de risques. Il faut accepter de subir mais il ne faut pas refuser le jeu.

Il y avait des petits réajustements à faire dans le vestiaire. On a su réagir. On est sur le bon chemin. Parfois, il faut aussi se dire les choses, c’est ça un groupe, quand on gagne tout est beau, mais quand on perd, il faut aussi l’assumer, c’est-à-dire partager les responsabilités.

A la mi-temps, chacun a dit ce qu’il avait à dire et on est revenus avec des meilleurs arguments», a expliqué l’international ivoirien qui devrait reprendre sa place, face à l’Algérie, demain jeudi pour ce qui se présente comme le sommet des quarts de finale de cette 32è édition de la CAN.

Envoyé spécial

Seïbou S. KAMISSOKO

Source: L’essor

One Comment

  • Répondre Avatar
    Tignafola
    mercredi 10 juillet 2019

    Oui tout cela est vrai, mais on ne veut plus de Maréga en sélection en tout cas pas comme titulaire. Si tous nos binationaux ne sont pas prêts à venir honorer la nation avec les qualités qu’ils ont et que c’est seulement les pieds carrés qui viennent; NON MERCI, Désormais, nous voulons Sekou Koita titulaire devant et EL bilal ou Ibrahima KONE sur le banc. Il y en a marre de Meraga qui nous rend malade. #NeselectionnezplusMarega# Nom de Dieu.

P