Wednesday 12 December 2018

La sélection nationale féminine qui n’a jamais franchi le premier tour en six participations à la CAN, pense pourvoir vaincre le signe indien cette année et décrocher, au moins la troisième place synonyme de qualification pour la prochaine Coupe du monde.

 

La 11è édition de la CAN féminine, Ghana 2018 démarre aujourd’hui et se poursuivra jusqu’au 1er décembre. Huit pays sont qualifiés pour cette campagne ghanéenne, à savoir le Ghana, pays hôte, le Mali, le Cameroun, l’Algérie, la Guinée Equatoriale, l’Afrique du Sud, le Nigeria et la Tanzanie.

Les huit équipes ont été réparties en deux poules. La poule A est composée d’un pays anglophone, le Ghana et trois nations francophones que sont le Mali, le Cameroun, et l’Algérie. Quant à la poule B, elle est constituée par la Guinée Equatoriale, l’Afrique du Sud, le Nigeria et la Tanzanie. Les deux premiers de chaque poule se qualifient pour les demi-finales.

Le Mali participe, cette année, à sa sixième phase finale après 2002, 2004, 2006, 2010, 2016, et 2018. Les Aigles Dames (surnom de la sélection nationale féminine, ndlr) feront leur entrée en lice le 17 novembre, contre l’une des équipes favorites de la compétition, le Cameroun, finaliste de la précédente édition.

La capitaine Fatoumata Doumbia et ses coéquipières doivent négocier à tout prix cette première sortie, c’est-à-dire obtenir au moins un nul pour mieux aborder les deux autres matches de poule. En tout cas, le premier match est important dans ce genre de compétition pour la simple raison qu’il détermine souvent l’avenir de l’équipe.

Si les Aigles Dames dominent les Lionnes indomptables ou obtiennent le nul, elles conforteront le moral du groupe et garderont intactes leurs chances de qualification pour les quarts de finale. Mais si par malheur l’équipe perd sa sortie initiale, elle se mettra la pression sur les épaules, ce qui pourrait compliquer sa tâche, face au Ghana et à l’Algérie.

No Comments