Les combattants maliens ont remporté le titre de champion d’Afrique, en remportant la bagatelle de 115 médailles, loin devant l’Egypte et le Nigeria qui ont totalisé, respectivement 21 et 6 médailles.

Les finales de la 10è édition du Championnat d’Afrique de bras de fer sportif se sont disputées, le dimanche 14 juillet au Palais des sports Salamatou Maïga. Une cinquantaine de combats (58 pour être précis) étaient au programme, dont les chocs des poids lourds, c’est-à-dire, les plus de 110 kg (bras gauche et droit).

La finale des +110 kg, bras droit a mis aux prises deux Maliens, le champion sortant Cheick Diallo « Danger » et son challenger, Abdoulaye Sissoko « Allemand ». Ce duel entre les deux figures emblématiques du bras de fer sportif malien a tourné à l’avantage du challenger, Abdoulaye Sissoko qui a créé la sensation en dominant le champion d’Afrique en titre, Cheick Diallo «Danger».

Celui que les supporters appellent familièrement Allemand coiffe, ainsi, la première couronne continentale de sa carrière et prend date pour les échéances à venir. «Je suis très content d’être champion d’Afrique ce soir (dimanche ndlr). Je remercie Dieu pour m’avoir offert ce beau cadeau qui constitue une première pour moi. Je remercie mes parents pour leurs bénédictions, ainsi que tous mes supporters qui sont venus nombreux au Palais des sports pour me soutenir. Je remercie également mon encadreur Lassine Kouyaté dit « officier » pour ses conseils. J’encourage mon frère Cheick Diallo « Danger », il n’a pas démérité», a déclaré Abdoulaye Sissoko.

Le nouveau champion d’Afrique des lourds ajoutera : «Je dédie ce trophée à mon défunt frère, Bengaly Sissoko que nous appelions tous Choubagachi, à mes fans, à l’Honorable Karim Keïta et à la marraine de ce championnat d’Afrique, Keïta Aminata Maïga, Première dame du Mali».

La finale des +110 kg, bras gauche a opposé le Camerounais Julien Boumsong et l’Egyptien Emaldin Mohamed. Un combat qui sera plié en quelques secondes par le premier visiblement trop fort pour son adversaire.

Dans la catégorie des 110 kg, bras droit, le Malien Mahamadou Traoré est tombé face à l’Egyptien Rahiman Mohamed Abdel qui a réalisé un parcours sans faute. Chez les 100 kg bras droit, Diankiné Camara du Mali s’est classé premier devant un autre Malien, Yacouba Konté, alors que Sibiry Traoré a été sacré dans la catégorie des 90 kg bras droit et bras gauche, face à Gaoussou Doumbia.

Dans la catégorie des 80 kg, bras droit dames, le duel 100% anglophone entre Sandra Ndukrile (Nigeria) et Grace Mintam (Ghana) a tourné à l’avantage de la Ghanéenne.

Au classement général, les combattants maliens se sont hissés sur la plus haute marche du podium, avec 115 médailles, dont 35 médailles d’or, 43 médailles d’argent et 37 médailles de bronze. La deuxième place est revenue à l’Égypte qui a totalisé 21 médailles, dont 17 médailles d’or et 4 médailles d’argent, alors que le Nigeria complète le podium, avec 6 médailles, dont 3 médailles d’or, 1 médaille d’argent et 2 médailles de bronze.

Le Ghana (10 médailles, dont 2 médailles d’or, 5 médailles d’argent et 3 médailles de bronze) et le Cameroun (1 médaille d’or) ont occupé, respectivement les 4è et 5è places.

Les combattants maliens qui s’étaient fixé comme objectif d’offrir le titre de champion d’Afrique à notre pays, ont donc gagné leur pari. Les Sibiry Traoré, Abdoulaye Sissoko, Diankiné Camara pour ne citer que ces quelques noms, ont répondu présents, face à l’élite du continent, faisant ainsi vibrer les spectateurs du Palais des sports Salamatou Maïga.

Boubacar THIERO

Source : L’Essor

No Comments

P