Dans le sillage d’un Oumar Ballo stratosphérique depuis le début du tournoi, les Aiglons du Mali ont battu ce samedi la France (76-73) en demi-finale de la coupe du monde des moins de 19 ans à Héraklion Arena en Grèce, décrochant ainsi une qualification historique pour la finale de la compétition.

Après avoir battu consécutivement la Lettonie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, le Porto Rico et aujourd’hui la France, le Mali devient le premier pays africain de l’histoire à se hisser en finale d’une coupe du monde FIBA toutes catégories confondues. Le pays est aussi assuré d’être le premier à être médaillé dans un championnat du monde de basket-ball. 

On le disait depuis le début du tournoi que ces Aiglons n’ont pas de limite et étaient capables d’aller au bout. On ne s’était finalement pas trompé, car cette génération, qui a tout dominé en Afrique, remportant consécutivement la Coupe d’Afrique des U16 et U18, est sans doute la meilleure de l’histoire du basket-ball africain.

Après une coupe du monde FIBA des U17 en Argentine l’année dernière, la bande à Oumar Ballo s’est forgé un caractère, celui d’un vrai champion. Sous les ordres d’un coaching staff 100% malien, dirigé par le génie Alhadji Dicko, les Aiglons n’ont pas été intimidés par la France ce soir à Héraklion Arena, en Grèce, démontrant tout au long de la rencontre qu’ils sont bien la nouvelle meilleure équipe du monde.

A la pause, le Mali menait de cinq points contre les Bleus  (39-33). Oumar Ballo comptait déjà 16 points, 5 rebonds et 2 contres pour 18 d’évaluation. De son côté Hassan Dramé a mis le nez à la fenêtre, signant 13 points et 8 rebonds pour 16 d’évaluation.

Au retour des vestiaires, les Français pris à la gorge réagissent par le biais de Babacar Niasse (13 points) et Kenny Baptiste (14 points), mais l’équipe malienne augmente d’intensité des deux côtés du terrain, à l’image du nouveau duo Fousseyni Dramé (14 points) et Karim Coulibaly (9 points) permettant au Mali de terminer le troisième quart-temps sur le score de 61-55, soit six points d’écart.

Dans le quatrième quart temps, l’on assiste à une partie de ping-pong, où les deux équipes se rendent les coups, et dans ce jeu, c’est le Mali qui parvient à se détacher en s’offrant un matelas de huit points (69-61) à 5 minutes du son de la sirène, obligeant ainsi le coaching staff à demander un temps mort pour stopper l’hémorragie.

Celui ci va s’avérer payant, puisqu’il permet aux Français de revenir un petit point des Maliens à 4 minutes de la fin du match (69-68). Le Mali ne tremble pas, et reprend quatre points d’avance par l’intermédiaire d’Oumar Ballo sur la ligne des lancers francs et de Karim Coulibaly dans la peinture (72-68).

Le money-time devient alors irrespirable et les deux équipes se battent comme des vrais guerriers à 2 minutes du buzzer (72-69), mais Karim Coulibaly (15 points et 7 rebonds) est chaud bouillant dans la raquette, permet aux Aiglons de creuser l’écart (74-69) sur un assist de Fousseyni Dramé (17 points et 11 rebonds).

Le banc français commence à avoir chaud, très chaud, multipliant les gestes vers le corps arbitral, d’un autre côté, les hommes de Alhadji Dicko continuent de dérouler leur jeu avec le maestro Siriman Kanouté (11 points et 6 passes), menant de cinq points à 50 secondes du son de la sirène (76-71).

Ces quelques secondes ne changeront rien à l’issue du match, puisque le Mali s’impose 76-73 et entre définitivement dans l’histoire.

Le Mali devient ainsi le premier pays africain à se qualifier pour la finale d’une coupe du monde FIBA toutes catégories confondues. Les Aiglons assurés déjà d’une médaille mondiale, vont croiser ce dimanche à Héraklion Arena les États-Unis  qui a battu Lituanie (102-67) dans la deuxième demi-finale. 

Pour sa part, Oumar Ballo (17 points, 11 rebonds et 4 contres pour 24 d’évaluation) sera élu MVP et meilleur rebondeur de la compétition. Probablement élu également avec un autre joueur malien dans le All-Star Five du tournoi.

Source : News Basket Beafrika

One Comment

  • Répondre Avatar
    Touré A.
    dimanche 7 juillet 2019

    Le Mali a chuté finalement en finale face aux USA 93 – 79. Un exploit en soi car tous les autres adversaires des USA ont pris une raclée. Vous êtes des champions mes enfants. Nous sommes fiers de vous.

P