Monday 19 November 2018

Le nouveau ministre des Sports, Me Jean Claude Sidibé estime que la mise en place du comité de normalisation est un échec. Il a ainsi souhaité trouver une solution à l’amiable à la crise qui sévit le football malien depuis 2015. Mais il s’est finalement rendu à l’évidence. «Notre sport roi est malade de nous les dirigeants sportifs, de notre égoïsme et du fait que chacun veut être président. Ce qui fait que c’est difficile de trouver un consensus. Depuis plusieurs années, toute sorte d’autorités ont intervenu pour régler le problème du football sans jamais y parvenir», martèle le nouveau ministre des Sports, jeudi 4 janvier 2018 lors de la rencontre avec la presse.
En réalité, la crise du football malien oppose deux groupes de dirigeants sportifs qui ne seulement pas s’entendre. Leurs idées sont antagoniques. Au début, c’était une crise de gouvernance qui s’est transformée en conflit de personne. S’il y avait une solution à la « malienne », la crise aurait fini depuis très longtemps. La crise a résisté à toutes les négociations et même à une sentence du tribunal arbitral du sport (TAS).
Pour définitivement tourner cette page sombre du football malien, le comité de normalisation est indispensable. Pour mieux repartir sur des bonnes bases, ce comité provisoire doit s’installer et organiser une élection transparente et reconnue par tous. Chacun estime avoir raison, le comité de normalisation est ainsi la seule solution temporaire. «Nous allons vers l’échec dans un premier temps pour réussir. La victoire viendra quand le CONOR aura fini son travail», répétera le ministre Sidibé, en assurant que «le CONOR sera composé de personnes respectées et respectables, totalement indépendantes du ministère des Sports et des protagonistes de la crise».

One Comment

  • Répondre
    Niaré Salif
    mercredi 10 janvier 2018

    Selon moi on doit écarter définitivement Salah et Bavieux. Deuxième proposition, on doit changer les textes et règlement pour que tout le monde puisse postuler pour être président de la femafoot. Et après avoir élu un président, qu’il évite de prendre le président des club comment membres. Que le tout miséricordieux nous guide sur le droit chemin.