Le président de la Fédération malienne d’escrime (FME) Wahabou Zoromé n’avait pas les mots suffisants pour exprimer sa satisfaction, après le dernier acte de l’édition 2019 du tournoi inter scolaires.

«La compétition a été un succès total sur toute la ligne. Non seulement le nombre de participants (179 élèves, dont 42 filles, issus de 10 établissements scolaires, ndlr) a dépassé toutes nos attentes, mais il y avait également de la qualité. Nous sommes vraiment satisfaits», a déclaré le premier responsable de l’escrime, après la cérémonie de remise des prix et médailles.

Wahabou Zoromé ajoutera : «Ce que nous avons vu cet après-midi (samedi, ndlr) est très encourageant et prouve que l’escrime progresse à pas de géant au niveau scolaire. Au nom de la Fédération malienne d’escrime, je félicite les établissements scolaires pour leur travail et les exhorte à continuer sur cette lancée, parce que l’escrime est une discipline qui développe l’intelligence des enfants».

Auparavant, le public de la salle multifonctionnelle de l’école Kalanso avait assisté aux deux finales du tournoi (comme lors des précédentes éditions, les éliminatoires se sont déroulées dans la matinée) qui ont opposé Salimatou Cissé de l’école Les Ecrivains et Djita Dème de Kalanso, d’une part et d’autre part, Yombé Diawara de l’école Liberté et Sékou Sissoko de l’école fondamentale de Sirakoro Méguétana.

Les deux finales ont donné lieu à de belles empoignades, notamment celle des filles où le suspense a régné jusqu’au bout. Salimatou Cissé était la grande favorite du combat et nombre de spectateurs pensaient que la finale allait être une petite promenade de santé pour la sociétaire de l’école Les Ecrivains.

C’était sans compter avec Djita Dème qui, à la surprise générale, a fait jeu égal avec son adversaire et poussé celle-ci dans ses derniers retranchements. Pendant tout le combat, les deux filles sont restées au coude à coude, Djita Dème répliquant chaque fois à Salimatou Cissé, empêchant, ainsi son adversaire de faire le trou.

Et à chaque fois que la locale faisait la jonction au tableau d’affichage, les spectateurs (majoritairement composés d’élèves et de parents d’élèves) entonnaient «Djita, Djita, Djita…».

L’émotion fut encore plus grande quand les deux protagonistes se retrouvèrent à 9-9, donc à une touche de la victoire de part et d’autre. Les supporters ne pouvaient plus rester assis, presque tous se levèrent pour ovationner les deux finalistes. La fin du suspense était imminente et à travers les casques, on sentait la peur sur le visage des deux filles.

Quand l’arbitre, Maître Issa K. Coulibaly lança «en garde, êtes-vous prêtes, allez», Djita Dème attaque la première. Malheureusement, elle ne parvient pas à toucher Salimatou Cissé avec son fleuret et c’est souvent le cas, elle se fit prendre en contre par son adversaire. «Sali, Sali, Sali…» scandèrent les élèves de l’école Les Ecrivains pour saluer la victoire de leur coéquipière. Passée tout près de l’exploit, Djita Dème se précipite dans les bras de son entraîneur et commence à pleurer à chaudes larmes.

Chez les garçons, la finale a été dominée par Yombé Diawara qui n’a fait qu’une bouchée de Sékou Sissoko, battu sur le score sans appel de 9-4. Les deux vainqueurs du tournoi, à savoir Salimatou Cissé et Yombé Diawara, les finalistes malheureux ainsi que les troisièmes ont reçu, chacun, des médailles.

L’une des innovations de l’édition 2019 de la compétition a été la remise d’un trophée spécial à l’école Kalanso pour sa contribution à la vulgarisation et au développement de l’escrime au Mali.

Outre le président de la Fédération malienne d’escrime, Wahabou Zoromé, on notait la présence dans la salle du représentant de la direction nationale des sports et de l’éducation physique (DNSEP), Alassane Doumbia et de plusieurs parents d’élèves qui viennent, chaque année, donner de la voix aux enfants.

Souleymane B. TOUNKARA

Source : L’Essor

No Comments

P