Requête devant le Tribunal de la Commune II pour annuler le bureau fédéral de la FMA dirigé par Mme Sangaré Ami Kéïta. Procès prévu le 13 mars prochain.

Après avoir tenté toutes les voies de recours sans succès, le candidat “malheureux” pour la présidence de la Fédération malienne d’athlétisme, Daouda Sogoba, a porté plainte, le 28 février 2019, au Tribunal de la Commune II contre la présidente Sangaré Aminata Keïta, en vue d’annuler son bureau, 15 mois après sa mise en place. L’audience est prévue pour le 13 mars prochain.

Le 25 novembre 2017 au Centre d’entraînement pour sportif d’élite Ousmane Traoré de Kabala, la présidente sortante de la fédération, Mme Sangaré Aminata Kéïta a été réélue pour un nouveau mandat de 4 ans, après avoir obtenu 5 voix sur les 9 voix des ligues contre 4 pour son challenger, Daouda Sogoba.

Dans la salle, juste après le vote, le candidat malheureux a félicité Mme Sangaré Ami Keïta. «Je ne suis pas un va-t-en-guerre, c’est le jeu démocratique. Les gens votent selon leurs opinions. Ils ont des idées sur lesquelles ils se fondent pour voter. Par principe, je ne ferai pas un recours », a d’abord déclaré Daouda Sogoba.

Et de poursuivre : « Aujourd’hui, elle (Mme Sangaré Ami Keïta, ndlr) est réélue démocratiquement. C’est une femme courageuse qui travaille bien, mais je ne suis pas sorti ridicule et humilié de l’élection. Je pense que les autres fédérations doivent prendre l’athlétisme en exemple. Nous avons des sages, ils nous conseillent beaucoup. Nous faisons tout pour éviter les problèmes».

Mais, après surprise. Il a tenté toutes les voies de recours pour annuler cette élection qui s’est tenue à la faveur du 20ème Conseil national de la Fédération malienne d’athlétisme dont les travaux ont été présidés par Youssouf Singaré (ex-chef de cabinet du ministère des Sports) en présence du représentant du Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm).

Dans ce combat, Daouda Sogoba est soutenu par un collectif des candidats aux postes électifs du Conseil de la Fédération malienne d’athlétisme. Ce collectif a été débouté dans un premier temps par la Direction nationale des sports et de l’éducation physique dans une correspondance en date du 28 décembre 2017 et signée par Ibrahim Fomba (il fut le directeur national des Sports et de l’Education physique).

“J’accuse bonne réception de votre document relatif à la contestation des décisions issues du Conseil national de la Fédération malienne d’athlétisme du 25 novembre 2017, au Centre de Kabala. En me référant aux rapports produits après le Conseil, à la liste de présence et aux candidatures, le déroulement du conseil a respecté l’ordre du jour et un bureau fédéral a été élu. Tous les candidats ont postulé et les votes se sont déroulés dans les conditions idoines.

Ces contestations qui me sont parvenues une semaine après la mise en place du bureau par vous-même constituent pour nous des questions préalables à la tenue du scrutin. Ainsi, votre participation au vote et à la mise en place du bureau fédéral va en contradiction avec vos réclamations. En conséquence, le bureau fédéral mis en place par vous-même ne doit souffrir d’aucune contestation.

La direction nationale des sports et de l’éducation physique ne peut en tant que service technique répondre favorablement à votre requête” précise la correspondance.

Quelques jours plus tard, le nouveau bureau de la Fédération malienne d’athlétisme dirigé par Mme Sangaré Aminata Kéïta a reçu plusieurs lettres de félicitations, notamment de la direction nationale des sports et de l’éducation physique et du Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm).

“J’ai l’honneur de vous notifier la sincère félicitation de la Direction nationale des Sports et de l’Education physique pour la tenue du 20ème Conseil national de la Fédération malienne d’athlétisme. J’encourage le nouveau bureau fédéral à s’investir davantage et à rester dans la même dynamique pour le développement et la promotion de l’athlétisme au Mali” précise Ibrahim Fomba, dans une lettre de félicitation en date du 5 janvier 2018.

Et le Secrétaire général du Cnosm, Mohamed Oumar Traoré, de préciser dans sa lettre de félicitation en date du 4 janvier 2018 : “Nous vous réitérons nos vives félicitations et souhaitons plein succès à votre équipe”.

Malgré toutes ces correspondances, Daouda Sogoba n’a pas baissé les bras. Il continue de se battre afin de déstabiliser le bureau fédéral. Voilà pourquoi, il a bombardé l’Association internationale des fédérations d’athlétisme de documents de contestations, en vain. En d’autres termes, le Collectif des candidats n’a pas eu gain de cause. Au même moment, le bureau de Mme Sangaré Aminata Kéïta continue de collaborer avec l’instance dirigeante de l’athlétisme mondial de la plus belle manière.

Malgré tout ceci, Daouda Sogoba et ses “amis” continuent leur combat dont le but est de faire partir Ami Kéïta et son équipe.

A la surprise générale, le même Daouda Sogoba porte plainte contre Mme Sangaré Aminata Kéïta au tribunal de grande instance de la Commune II, le 28 février 2019, soit plus de 15 mois après la mise en place du bureau fédéral. Cela, à travers l’Etude de maître Fadimata Djénépo, Huissier-commissaire de justice.

Il s’agit pour Daouda Sogoba de faire annuler l’élection du nouveau bureau de la Fédération malienne d’athlétisme dont l’audience est prévue pour le 13 mars prochain. La question qui est sur toutes les lèvres est de savoir si ce Tribunal est habilité à juger ce genre de dossier ?

En tout cas, dans la plupart des cas, le tribunal se déclare “incompétent”. De toutes les façons, cette affaire est déjà perçu, dans le monde sportif, comme un “faux”débat.

      El Hadj A.B. HAIDARA

Source : Aujourd’hui

Partager cet article ! :

No Comments

P