Tuesday 23 October 2018

Formé au Yeelen Olympique et arrivé en Belgique en janvier 2017, le jeune ailier (né le 15 juin 1998) s’est rapidement adapté à son nouvel environnement et au jeu belge. Après être monté en puissance en enchaînant les rencontres avec les U21, Moussa Djenepo s’impose comme grande révélation liégeoise. Et peut-être un peu plus que ça.

 Le Standard possède bien un diamant brut dans ses rangs, qui grandit de plus en plus. À son arrivée, Djenepo avait énormément à apprendre. Pas à passer un homme, car cela est inné chez lui, mais bien dans le jeu collectif et ses nombreuses consignes.

Ricardo Sa Pinto en fut rapidement fan. « Il a de la personnalité, il n’a pas peur de prendre le ballon et de jouer le un-contre-un. Il est très déséquilibrant dans cet exercice », expliquait le Portugais en début de préparation après que le Malien lui ait sauté dans les bras pour un but à…Aywaille. « Il a un certain potentiel, comme peu ont. »

Il obtenait quelques minutes de temps en temps en championnat, mais l’ailier de 19 ans était alors encore trop vert pour entrer dans une équipe qui était déjà instable. Sa progression, elle s’est alors remarquée tout d’abord les lundi, quand les U21 se produisaient.

Tactiquement, Djenepo apprenait beaucoup et la récompense est venue à Ostende, lors du match décisif. Son but (pour le 2-2) contribuait fortement au succès et ainsi à la qualification pour les Play-Offs 1.

Surtout spectateur durant ces dix derniers matches, puisque Edmilson Jr et Carcela étaient intenables sur les flancs, Moussa Djenepo a dû entamer une nouvelle saison sous la direction d’un nouveau coach.

Michel Preud’homme avait certes peu de solutions suite au départ d’Edmilson (remplacé par un Lestienne qui s’est directement blessé) et l’attente du retour en forme de Carcela, mais Djenepo a été lancé directement dans le onze pour la première face à la Gantoise.

Titulaire pratiquement lors de chaque rencontre

Après dix minutes seulement, il inscrivait le premier but rouche, mais aussi le premier de la compétition. On ne l’imaginait alors pas encore, mais d’autres suivront en masse quelques semaines plus tard.

Titulaire pratiquement lors de chaque rencontre, Djenepo monte en puissance et se montre maintenant décisif. Et comme buteur (sur les quatre derniers matches, il en est à cinq réalisations et à un pénalty obtenu), ce qu’on n’attendait pas forcément de sa part, du moins pas maintenant.

Car le potentiel de Djenepo est immense et il semble encore bien loin de son meilleur niveau possible. Pour l’atteindre, il devra surtout rester les pieds sur terre, puis réaliser les bons choix de carrière dans le futur.

Avant d’aller en Belgique, il a participé à la CAN U20, Zambie 2017. Ses performances avec le Standard lui ouvent les portes de la sélection nationale des sénoiors. Il effectue ses grands débuts avec le Mali lors d’un match contre le Côte d’Ivoire (0-0), à Bamako, au compte de la 5è journée des éliminatoires du Mondial 2018.

Une marge de progression encore énorme

 

En Belgique aussi, sa marge de progression est encore énorme. Il peut compter sur un coach qui a déjà façonné plusieurs jeunes talents en devenir.

« Mon prochain souci avec Moussa, après l’avoir amené à ce niveau, c’est qu’il garde ce niveau », explique Michel Preud’homme. « Il ne faut pas qu’il plane, mais je ne crois pas que ce sera le cas puisque c’est un garçon simple. On avait espoir qu’il arrive à ce niveau, au vu de son potentiel, maintenant c’est une réalité et il faut qu’il le garde. »

Faisant toujours partie des nominés pour le titre du Golden Boy, élisant le meilleur jeune joueur évoluant en Europe, il n’a aucune chance d’être élu puisque Mbappé, De Ligt et Kluivert, entre autres, sont dans la liste. Mais une chose est sûre, le Standard possède dans ses rangs un talent en or.

No Comments