L’attaquant malien du FC Nantes, Kalifa Coulibaly a retrouvé le chemin du but, samedi soir à Brest, où les Canaris ont partagé les points (1-1). Un but chanceux après 792 minutes sans marquer pour Kalifa Coulibaly. Mais ce dernier a également manqué la balle de 2-0 face à Larsonneur, le portier brestois.

Sur le papier ses stats ne sont pas ridicules. Avec 4 buts inscrits en 14 journées, Kalifa Coulibaly a marqué 33 % des buts du FC Nantes cette saison. Les Jaunes en totalisent 12 depuis celui de samedi soir contre Brest, où ils ont été tenus en échec (1-1). Il a aussi cadré 14 de ses 33 tentatives depuis le début de la saison.

Au stade Francis Le Blé, il a mis les Jaune et Vert, qui restaient sur une série de quatre revers consécutifs en championnat, sur la bonne voie.  » Mon but, c’est de la chance, ne se cache par Kalifa Coulibaly, auteur de trois des six buts de son équipe loin de la Beaujoire. Car quand Dennis (Appiah) centre je suis à la lutte avec le défenseur. En retombant le ballon touche la semelle de mes crampons. Après je me retourne et je vois le ballon qui va sur le poteau et sur moi. « 

Cette réalisation lui a permis de mettre fin à 792 minutes de disette. Le Malien, relégué sur le banc, au profit d’Elie Youan, en Coupe de la Ligue contre Paris FC (8-0, le 30 octobre) et à Bordeaux en championnat (0-2, le 3 novembre), n’avait plus trouvé la faille depuis la défaite de son équipe à Strasbourg (2-1), datant du vendredi 20 septembre (6e journée).  » Pour un attaquant c’est toujours important de marquer. J’ai eu la chance de marquer, je suis content, mais je sais que je peux faire encore plus « , reconnaît Kalifa coulibaly, auteur de 8 buts en 32 matches de L1, la saison passée.

Trop d’immanquables gâchés

Le bât blesse parce que l’avant-centre malien a aussi loupé beaucoup de face-à-face. Contre Metz, contre Monaco et contre Brest, samedi. Après avoir ouvert la marque du talon, le Nantais a buté sur Gautier Larsonneur, décisif alors que le FCN menait 1-0. Dix minutes après la reprise, il a catapulté, de la tête et à bout portant, un ballon centré au millimètre par Moses Simon depuis les 6 mètres. Mais d’une parade somptueuse et « désespérée », selon ses propres termes, le gardien finistérien s’est imposé, permettant ainsi à sa formation de rester en vie et donc d’être en mesure d’égaliser.

 » Cette occasion va me hanter un peu, mais je ne vais pas plus réfléchir que ça, je vais voir ce qui n’a pas marché et travailler la semaine prochaine pour être mieux contre Toulouse. Travailler devant le but encore plus, notamment. « 

Si les enchaînements réussis avec Waris Majeed fonctionnaient bien et avaient fait mouche en fin de saison dernière, Kalifa Coulibaly peine aussi à peser dans le jeu depuis le début de la saison. Toujours aussi difficile à bouger et gênant pour la charnière centrale adverse, il manque de justesse technique et peut-être aussi de soutien autour de lui pour exploiter ces ballons qu’il parvient à gagner.  » Il y a un peu de déchets, dans les passes, énumère-t-il. Je dois mieux garder la balle devant et faire remonter le bloc. « 

En terre brestoise, samedi, il a eu l’opportunité, à deux reprises, de combiner avec Ludovic Blas, décevant par ailleurs. Mais la première fois, la passe de l’avant-centre fut interceptée parce que jouée trop sur l’adversaire. La seconde fois, elle ne fut pas donnée au bon endroit et dans le bon tempo.  » Ça va venir avec les automatismes, a avance-t-il. Il a manqué aussi un peu de fraîcheur sur la fin. On a fait de belles choses en première mi-temps. « 

Le FC Nantes, 8e avec 20 points, va devoir trouver la formule idoine pour exploiter encore davantage les qualités de son attaquant. Charge à lui, en revanche, d’accroître son efficacité.

Source : Ouest-France

No Comments

P