Monday 24 September 2018

Review Category : AUTRES DISCIPLINES

PENTATHLON MODERNE : LA FÉDÉRATION PORTÉE SUR LES FONTS BAPTISMAUX

La Fédération malienne de pentathlon moderne (FMPM) a été portée sur les fonts baptismaux. La cérémonie de création s’est déroulée le samedi 8 septembre sur le terrain Cosmos de Banankabougou, en Commune VI.

Dans une brève allocution, le président de la dernière née des associations sportives du Mali, Ismaïla Lingany dira que l’objectif de l’FMPM est la vulgarisation de la discipline, à travers le pays. Il ajoutera qu’à partir de cette année, l’instance dirigeante du pentathlon national, fera en sorte que notre soit présent dans les compétitions internationales.

«Notre objectif est de faire en sorte que cette jeune fédération soit la meilleure au Mali et un exemple pour les autres fédérations africaines. Nous allons travailler avec sérieux dans l’élaboration et l’exécution de nos programmes, afin de permettre à notre pays d’être présent et de remporter des médailles lors des compétitions internationales», a martelé le patron de la nouvelle fédération.

«Nous allons travailler à vulgariser la discipline au Mali et en étroite collaboration avec les fédérations sœurs de la natation, d’escrime et d’athlétisme qui font partie du pentathlon moderne» a-t-il ajouté.

Présent à la cérémonie, le secrétaire général de la Fédération burkinabé de pentathlon moderne, Sayouba Zoromé a salué la création de la FMPM et promis le soutien et l’accompagnement de la fédération sœur du Faso à notre pays.

«Nous allons accompagner le Mali à atteindre un certain niveau. Nous sommes en train de faire la promotion de la discipline en Afrique de l’ouest. C’est un plaisir pour nous d’aider nos frères», dira-t-il. «Avec ce que nous avons vu ce soir (samedi, ndlr), le Mali a pleinement sa chance pour participer aux grandes compétitions internationales», renchérira Sayouba Zoromé, venu au Mali avec une forte délégation du Burkina Faso.

Le pentathlon fait partie des disciplines olympiques depuis 1912 et est régi par l’Union internationale de pentathlon moderne (UIPM). Les épreuves de pentathlon sont la course à pied, le tir au pistolet laser, le combat à l’escrime, les sports équestres et la natation. Le laser run (tir-course en français) est un sport dérivé du pentathlon moderne sur le modèle du biathlon. Il a été initié pour la saison sportive 2014/2015 dans le but de rendre le pentathlon moderne plus attrayant. Il s’agit d’un combiné tir au pistolet laser et course à pied. Selon les catégories d’âge, les distances à parcourir varient.

À partir de la catégorie des cadets, les athlètes doivent courir 3200 mètres (découpés en 4 x 800 mètres) et passer quatre fois au stand de tir pour abattre 5 cibles. Le premier championnat du monde laser run a eu lieu en septembre 2015 à Perpignan, en France.  Plus de 200 athlètes y ont participé.

Le pentathlon malien a déjà participé au championnat d’Afrique de triathlon, un dérivé du pentathlon, qui combine tir au pistolet laser, natation et course à pied. C’était le 21 juillet au Ghana où 7 pays se sont affrontés. En plus du pays hôte, le Ghana, il y avait le Mali, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Niger, le Togo.

Le champion du Mali de natation, Amadou B. Doumbia qui a défendu les couleurs de notre pays à ce championnat, a terminé à la 4è place du classement. «Je n’avais jamais touché à l’arme. Je l’ai fait 15 minutes seulement avant le début de la compétition. Je perdais beaucoup de temps au niveau de tir à pistolet. Je pratique la natation, après le championnat d’Afrique, j’ai commencé à courir. Je vais bientôt commencer à m’entraîner au tir», a confié le nageur du club Djillon qui restera comme l’un des premiers athlètes maliens à pratiquer le pentathlon.

Source : L’Essor

read more

RUGBY : LE MALI FAIT BONNE FIGURE EN CÔTE D’IVOIRE

Les Aigles font honneur à leur rang en Cote d’Ivoire.

Le championnat régional de rugby à 7  s’est disputé le 15 et 16 septembre à Abidjan. Les Aigles du Mali ont terminé à la cinquième place, enregistrant un bilan de trois victoires et deux défaites en cinq matches.

Les protégés de Brehima Diallo allias 47 étaient détenteurs du titre.

La côte d’Ivoire, pays hôte, a remporté la coupe en battant le Nigeria en finale (22-17).

read more

RUGBY, MATCH AMICAL : L’ÉQUIPE NATIONALE GAGNE FACE À L’HIPO XV

Actuellement en préparation à Bamako, les Aigles rugbymen ont disputé, vendredi 31 août 2018, leur premier match amical contre l’Hipo XV sur le terrain de l’Union des forces armées et de sécurité.

Sans surprise les Aigles se sont imposés sur le score 26-14. Mohamed Sangaré (7è et 9è), Mandjou Diarra (11è) et Zoumana Traoré (14è), ont inscrit les quatre essais des Aigles du Mali, alors que Samba Doumbia avait trouvé l’ouverture pour l’Hipo XV à la (8è) et Fally Konaté à la (12è).

Logés dans la poule A pour le compte du championnat régional d’Afrique de Rugby à 7, les poulains de Brehima Diallo, appelé 47 par les supporters, vont rentrer à l’internat au centre d’entraînement d’élite Ousmane Traoré de Kabala ce mardi 03 septembre.

La délégation malienne doit quitter Bamako le 11 septembre prochain pour rejoindre la Côte d’Ivoire pays hôte de la compétition à huit nations prévue les 15 et 16 septembre 2018 au stade Robert Champroux à Abidjan.

Rappelons que Mali est le tentateur du titre remporté en 2016 à Lomé.

LA COMPOSITION DES POULES :

Poule A : Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Burkina Faso

Poule B : Nigeria, Algérie, Niger, Bénin

read more

ESCRIME, OPEN AU SABRE : LES CADETS RÉGALENT LE PUBLIC

C’était la première fois pour la catégorie des cadets de s’affronter dans un Open et le moins que l’on puisse dire est que les mômes n’ont pas déçu les spectateurs.

Non seulement les jeunes combattants et combattantes se sont fortement mobilisés (plus de soixante escrimeurs ont participé au tournoi), mais ils ont également prouvé qu’ils méritent de participer à un Open, en gratifiant les public du centre Olympafrica de beaux spectacles.

La compétition s’est déroulée en deux temps : les éliminatoires et les finales. Venus massivement au centre Olympafrica pour encourager les enfants, certains parents ont passé presque toute la journée sur les lieux et «sans ennuyer», témoignera une inconditionnelle.

La finale féminine qui a mis aux prises Assifa Cissé, sociétaire de l’escrime club du Palais des sports à Diakassa Coulibaly de MIFA (Malian international fencing academy), a été remportée par la première, vainqueur 15-11. La troisième place du tournoi est revenue à une autre escrimeuse du Palais des sports, Aissata Dembélé.

Chez les garçons, la finale n’a été qu’une petite promenade de santé pour Bassirou Samaké (centre Olmpafrica), qui a dominé 15-6 Alassane Diallo (Titan). La troisième place, synonyme de médaille de bronze a été enlevée par Souleymane Djiré de l’USFAS.

«Nous sommes très contentes de cette initiative de la Fédération malienne d’escrime (organisation d’un Open pour la catégorie des cadets, ndlr), les enfants le méritent parce qu’ils aiment l’escrime et ont besoin de se tester», dira une mère, à l’issue de la compétition.

Le premier vice-président de la Fédération malienne d’escrime (FME), capitaine Garibou Sagara abondera dans le même sens, en indiquant que l’Open a été organisé pour permettre aux cadets de préparer les échéances.

«Les deux finalistes du tableau féminin ont remporté la médaille de bronze aux derniers Jeux africains de la jeunesse d’Alger avec la sélection nationale. C’est à travers ce genre de compétitions qu’elles peuvent progresser», appuiera Garibou Sagara, avant d’adresser ses remerciements au ministère des Sports, au Comité national olympique et sportif (CNOS) et à Malitel «pour leur accompagnement et leur soutien».

Source : L’Essor 

read more

CHAMPIONNAT D’AFRIQUE DE RUGBY À 7 : LE MALI AFFÛTE SES ARMES

Apres deux largement victoire sur la sélection des équipes du rugby du Réal et l’USFAS (30-05) et (15-05), la sélection nationale du rugby malien, s’est encore imposée devant les Militaires-Réalistes (28-05) et (50-07), lors des troisième et quatrième matches amicaux, vendredi 17 aout 2018.

 

Pendant une mi-temps, les  rugbymen de l’USFAS et du Réal ont cru qu’ils pouvaient tenir tête  aux Gladiateurs de la présélection malienne. Mais il fallait compter sans les Aigles qui méritent bien leur nom au regard de leur physionomie.

 

Le temps de prendre la mesure de l’équipe de l’USFAS et du Réal  en une dizaine de minutes, les Aigles déploient le jeu et réussissent trois essais (21-00), score a la mi-temps en faveur des protèges du sélectionneur Brema Diallo « 47 ».

 

A la reprise, les Aigles se font maîtres du jeu et éclaboussent la sélection du Réal et l’USFAS. Score final : 28-05. Une véritable leçon de rugby reçue par les visiteurs.

 

Lors du second match, les poulains de Brema Diallo, sans trop force, ont écrasé les visiteurs. Ils réunissent quatre essais en une mi-temps  (21-07), score à la mi-temps.

 

Au retour des vestiaires les Aigles déroulent facilement leur jeu et s’imposent au finish 50-07.

 

Ces différentes rencontres amicales entrent dans le cadre du championnat d’Afrique de rugby à 7 qui aura lieu en septembre prochain en cote d’ivoire.

 

Dix pays prendront part à ce tournoi qui se déroulera au stade robert Champroux. Il s’agit de l’Algérie, du Burkina Faso, du Bénin, de Côte d’Ivoire, de Guinée, du Mali, du Niger, du Nigeria, de Sierra Leone et du Togo.

 

Les Aigles rugbymen sont détenteurs du trophée, remporté au Togo en 2016.

read more

TAEKWONDO, CHAMPIONNAT INTERCOMMUNAL CADET : QUE DES BEAUX COMBATS

La Fédération malienne de taekwondo (FEMAT) a organisé, samedi 28 juillet, le championnat intercommunal cadet du District de Bamako, au Centre Kwang Myang, à Bacodjicoroni.
 
La compétition a regroupé une centaine de combattants, âgés de 12 à 14 ans, filles et garçons, des six associations communales du District de Bamako qui ont remporté la première place à la compétition de leur Commune respective. La sélection nationale cadette a aussi pris part à la compétition.
 
En présence du président de la Fédération malienne de taekwondo, Maître Aliou Badra Traoré et le secrétaire général de la FEMAT, Maître Yacouba Traoré, les jeunots ont livré des beaux combats.
 
A l’issue de la compétition, l’équipe de la FEMAT est montée sur la première marche du podium. Elle a totalisé 6 médailles d’or, 3 médailles d’argent et 1 médaille de bronze. La Commune V (4 ors, 3 argents, 1 bronze)  s’est classée 2è tandis que la formation de la Commune II (3 ors, 4 argents, 1 bronze) a complété le podium.
 
Le président de la FEMAT, Aliou Badra Traoré a bien apprécié la compétition. « Le développement du sport dépend de ce qui se fait à la base. Les tranches d’âge ont leur entraînement spécifique. Pour un sport comme le taekwondo, il est important de travailler à la base pour préparer les champions de demain », a déclaré le premier responsable du taekwondo malien.
 
Et d’ajouter : « Les vainqueurs vont représenter le District de Bamako dans le championnat national cadet mais, ils seront aussi suivis pour que dans les années à venir qu’ils puissent se positionner pour des compétitions majeures ».
 
Il a aussi félicité les maîtres de salles qui travaillent à la base. « Ce que j’ai vu me rassure quand à l’avenir du taekwondo malien. J’ai vu des jeunes qui ont une grande technicité. Il faudra les encourager, les soutenir et faire en sorte qu’ils continuent à progresser. Je suis optimiste que dans les années à avenir nous pourrons produire légitiment les champions du monde », a-t-il conclu.

read more

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2018 : LE PROGRAMME SPORTIF DES CANDIDATS

Quelles propositions pour le sport de haut niveau ? Pour le développement de la pratique sportive au Mali ? Quid des anciennes gloires ? Une nouvelle compétition majeure dans le pays ? À quelques jours de l’élection présidentielle, petit tour des propositions des candidats.

 
A dix jours du scrutin présidentiel, le sport apparait comme le parent pauvre dans les programmes des différents candidats. Évoqué en coup de vent chez certains, comme Aliou Boubacar Diallo, qui se contente d’un « faire du sport un facteur privilégié de l’épanouissement de notre jeunesse », il ne dispose pas de plus d’attention de la part de l’ancien Premier ministre de la transition Cheick Modibo Diarra.
 
Trois malheureux paragraphes y sont consacrés. Mais les deux « outsiders » ont au moins le mérite de l’évoquer. Chez les candidats Yeah Samaké ou encore Modibo Kadjoké, aucune mention.
 
Alors oui, les observateurs pourront toujours avancer les nombreux défis prioritaires (crise au nord et au centre, chômage des jeunes, insécurité) auxquels le pays doit faire face, des casses têtes dans les sports il y en a aussi. Énormément. Infrastructures vétustes ou inexistantes, moyens limités pour de nombreuses fédérations, politique à améliorer pour les sportifs de haut niveau.
 

Similitudes

 
Dans le fond, les programmes se ressemblent assez. Développement du sport d’élite, construction d’infrastructures sportives ou encore amélioration de la pratique sportive pour les personnes handicapées. Sur ce dernier point, les candidats se sont tous engagés à parapher un manifeste selon Amadou Diarra, Président de la Fédération malienne de sport pour personnes handicapées.
 
Modibo Kadjoké et Cheick Harouna Sankaré l’ont déjà signé. Soumaila Cissé et Modibo Sidibé devraient bientôt leur emboiter le pas. Le manifeste stipule que les candidats s’engagent à la création d’un Comité national paralympique et à l’achat d’équipements, entre autres. « Je n’ai vu aucun candidat parler spécifiquement de développement du sport. Ils doivent comprendre que c’est un élément essentiel d’intégration sociale pour les personnes handicapées », regrette le Président.
 
Néanmoins, certaines singularités se dégagent. Le candidat de l’URD par exemple. Soumaila Cissé propose de « concentrer les efforts sur les disciplines où le Mali a le plus de chances de remporter des médailles ». Le porte-étendard du NPP, Modibo Sidibé, veut mettre en place des mesures fiscales incitatives, qui faciliteront la sponsorisation. Il veut en outre remettre en état le Champ hippique de Bamako, objet de tant de remous ces derniers mois.
 

Nouvelle grandes compétitions ?

 
Se définissant dans son programme comme un grand amateur de sport, le candidat indépendant Mohamed Aly Bathily assure qu’il « favoriserait tout projet d’accueil de compétitions sportives régionales ou internationales sur notre territoire, s’il s’avère pertinent, durable et viable économiquement ».
 
Une nouvelle Coupe d’Afrique des Nations dans le pays ? Beaucoup de Maliens seraient réceptifs à l’idée. Vision partagée par Housseini Amion Guindo. L’ancien ministre des Sports propose de soutenir la candidature du Mali à l’organisation d’une nouvelle CAN, après celle de 2002.
 
Par contre, ce ne serait pas avant 2025, les éditions 2019, 2021 et 2023 étant déjà attribuées. Nous en sommes encore loin, mais une compétition de ce type serait un grand succès, à l’heure où les vestiges de la compétition de 2002 prennent un sacré coup de vieux.
 
Consacrant un sous-axe de ses propositions au sport, il entend créer cinq lycées sportifs régionaux pour l’amélioration de la performance sportive. « Aucun des candidats ne peut parler de sport, Guindo est l’exception, il a été ministre des Sports, mais pour quel bilan ? ll n’est pas vraiment une bonne référence », estime Abidine Maïga, 1er Vice-président de la Fédération malienne de rugby.
 

Retour des anciennes gloires

 
Les héros d’hier seront célébrés. Pour la plupart oubliés après leurs carrières sportives, ils devraient être de retour sur le devant de la scène. Le premier Ballon d’Or africain, Salif Keita, regrettait que le Mali ne reconnaisse pas le mérite de ces « Champions ».
 
Candidat malheureux en 2013, le chef de file de l’opposition entend instaurer une « politique d’utilisation des compétences des anciennes gloires, un système de reconnaissance et d’accompagnement de l’État ». « Ce sont des promesses politiques, certes, mais ce serait bien si elles pouvaient devenir effectives. Nous avons beaucoup de peine, il y a un système mis en place pour nous bloquer », commente l’ancien capitaine des Aigles du Mali Soumaïla Coulibaly.
 

Le plus complet

 
Il est à chercher du côté du candidat Oumar Mariko. Oui, cela peut étonner, mais ses propositions pour le sport sont les mieux structurées. Même s’il met un accent particulier sur les sportifs d’élite, 11 des 17 mesures qu’il entend prendre lui sont consacrées. Il souhaite notamment « l’insertion du sportif d’élite non travailleur » ou encore « favoriser le maintien de nos sportifs d’élite dans notre pays par la professionnalisation du sport ».
 
Source : Journal du Mali

read more

TAEKWONDO : LES CEINTURES ROUGES ET NOIRES SUR LE TATAMI

Chaque année, la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT) organise deux cérémonies de passation pour les postulants aux ceintures noires.
 
Ces passations regroupent les combattants issus de l’ensemble des ligues du pays et constituent un passage obligé pour accéder à une ceinture supérieure.
 
Pour un postulant qui échoue lors de la première cérémonie, le rachat est possible lors de la deuxième et dernière session qui se déroule en fin d’année.
 
Mais, si par malheur un combattant échoue deux fois, il devra patienter au moins un an, avant de retenter sa chance.
 
Dès lors, on comprend l’importance des cérémonies de passation pour les combattants, surtout lorsque ces sessions concernent les ceintures noires, comme celle qui s’est déroulée, le samedi 20 juillet dans le Temple du taekwondo malien, à savoir le centre Moon Kwang de Baco-Djicoroni.
 
Les combattants, c’est-à-dire les postulants à la ceinture supérieure, leur famille, les supporters, les Grands maîtres, comme on les appelle, tout le monde était là pour assister à la cérémonie.
 
Pas une seule place vide n’existait dans les gradins et les abords du tatami étaient également noirs de monde.
 
Au total, 148 candidats, dont 38 combattants issus des ligues de l’intérieur, étaient en lice pour ce premier grand rendez-vous de l’année.
 
«C’est la première passation de l’année, elle concerne les ceintures rouges et les ceintures noires. Les ceintures rouges sont les plus nombreux, ils sont 80, dont 22 combattants de l’intérieur qui doivent passer leur ceinture noire, 1er dan, lors de cette session», indiquera le premier vice-président de la Fédération malienne de taekwondo, Maître Mamadou Sylla, ceinture noire, 5è dan.
 
«Le reste du groupe, 68 combattants, est composé de ceintures noires, 1er dan jusqu’au 4è dan. Tous les candidats qui seront recalés aujourd’hui (samedi dernier, ndlr), devront attendre la deuxième et dernière passation de l’année pour prétendre à une ceinture supérieure», martèlera le premier vice-président de la FEAMT, avant de préciser que les passations de ceintures ont pour but «d’évaluer les combattants et leur permettre d’avancer et de préparer les compétitions».
 
Les passations de ceintures sont supervisées par un jury composé de Grands Maîtres de la FEMAT et des membres de la direction technique nationale, renchérira le nouveau Directeur technique national (DTN), Maître Mohamed Touré, ceinture noire, 4è dan.
 
Il ajoutera : «Les sessions sont organisées autour des techniques de base du taekwondo, notamment le blocage, les coups de pied, la self-défense, les combats, les techniques de casse. Il y a aussi la partie orale qui consiste à poser des questions au combattant sur l’histoire du taekwondo malien et international.
 
Après les séances de démonstration et les combats, complètera Maître Mohamed Touré, tous les combattants passent devant le jury pour répondre aux questions. La proclamation des résultats se fait aussitôt après la fin de la cérémonie de passation».
 
Source : L’Essor

read more

FASS : DJIBRIL DRAMÉ DÉSIGNÉ ASSESSEUR

L’Assemblée générale de la Fédération africaine du sport scolaire s’est déroulée à Agadir au Maroc.
 
A l’issue des travaux, les membres du Comité exécutif de la Fédération africaine du sport scolaire ont été élus le dimanche 8 juillet.
 
Cadre de la direction nationale des sports et de l’éducation physique, Djibril Dramé a décroché une place d’assesseur au Comité exécutif.
 
L’entraîneur des Onze Créateurs et de l’équipe nationale locale, il siègera ainsi dans l’instance faîtière du sport scolaire et universitaire sur le continent.

 
Ce nouveau bureau exécutif de quinze membres est présidé par le Marocain Youssef Belqasmi pour un mandat de quatre ans renouvelables.
 
Avant leur entrée en fonction, les nouveaux membres élus du Comité exécutif de la Fédération africaine du sport scolaire seront présentés à l’ensemble des ministres en charge des Sports de l’Afrique en novembre prochain à Rabat lors de la conférence internationale sur la nouvelle orientation du sport scolaire en Afrique.
 
read more

TAEKWONDO, JEUX AFRICAINS DE LA JEUNESSE : LES JUNIORS SE TESTENT

La Fédération malienne de taekwondo (FEMAT) a organisé la troisième compétition junior, le samedi 7 juillet au centre Kwang Myung, à Bacodjicoroni ACI.
 
Au total, 75 athlètes, issus des 12 clubs du District de Bamako ont participé au tournoi. Il s’agit du dojo Foyer et clubs affiliés, de Nangui et clubs affiliés, de Kala sport et clubs affiliés, du Dojo du rail, de l’Ecole du progrès, du lycée sportif Ben Oumar Sy, de l’INA et clubs affiliés, du dojo du Camp para, du dojo du stade Modibo Keïta et clubs affiliés, du dojo du lycée Babala et clubs affiliés, de la Fourrière et clubs affiliés et l’USFAS.
 
La compétition avait pour but de préparer les équipes nationales filles et garçons pour les Jeux africains de la jeunesse, prévus du 17 au 27 juillet, en Algérie.
 
Comme il fallait s’y attendre, les athlètes de la sélection nationale ont survolé les débats et n’ont laissé que des miettes aux représentants des différents dojos.
Sur le tableau féminin, Assétou Sylla (-46kg), Kadiatou Coulibaly (-59kg) et Fanta Traoré (-68kg) toutes de l’équipe nationale ont dominé, respectivement Mafili Diarra du Foyer (15-3), Aichata Sidibé du stade Modibo Keïta (18-13) et Sitan Konaté du stade Modibo Keïta (5-1 ab).
 
Chez les garçons, Drissa Coulibaly (-51kg), Siriman Ballo (-55kg), Youssouf Simpara (-63kg), Adama Sidibé (-68kg) se sont imposés devant Moussa S. Koné de la Fourrière (22-1), Chophil Diarra du stade Modibo Keïta (9-6), Oumar N’Dao de la Fourrière (17-10) et Aboubacar Doumbia de la Fourrière (8-5).
 
Quant à Amara Konaté (-73kg), il a battu Amadou Touré de l’INA (11-2). «Cette compétition de préparation a été un bon test pour nous. Nous avons bien travaillé avec les entraîneurs. On fera tout pour porter haut le drapeau national en Algérie. Je suis optimiste», a déclaré Amara Konaté, après sa victoire dans la catégorie des -73kgs. Le jeune combattant ajoutera : «notre objectif est de remporter au moins une médaille dans chaque catégorie».
 
L’entraîneur-adjoint de la sélection nationale junior, Gaoussou Coulibaly, ceinture noire 4è dan, abondera dans le même sens. «Nous avons commencé le travail il y a très longtemps. Nous travaillons tous les jours au Palais des sports Salamatou Maïga. Cette compétition de mise en jambes intervient après une longue période d’entraînement. Elle nous permettra de déceler les lacunes et de les corriger. Tous les athlètes de l’équipe nationale ont gagné aujourd’hui, c’est bon signe dans la perspective des Jeux africains de la jeunesse», soulignera le technicien. «Nous avons 7 combattants et notre objectif est de remporter 7 médailles d’or, nous pouvons le faire», dira Maître Gaoussou Coulibaly.
 
Quand au vice-président de la commission des arbitres de la Fédération malienne de taekwondo, Mamadou Sinayoko, il s’est contenté de prodiguer des conseils aux athlètes. «Nous demandons aux jeunes de se concentrer sur les combats et de respecter les consignes des entraîneurs. Nous nous fixons comme objectif de revenir au bercail avec le maximum de médailles d’or possibles», martèlera celui qu’on appelle familièrement «Tiolé».
 
Les Jeux africains de la jeunesse se dérouleront du 17 au 27 juillet en Algérie. La compétition regroupera les athlètes du continent qui s’affronteront dans 35 disciplines.
 
Les athlètes maliens seront en lice dans 7 disciplines : le taekwondo, le karaté, l’athlétisme, le judo, la natation, l’escrime, le basket-ball 3×3 (dames et messieurs).
 
Ladji M. DIABY
Source : L’Essor

read more