Monday 24 September 2018

Review Category : CHAMPIONNAT NATIONAL

EMILE KONÉ : MILIEU RÉCUPÉRATEUR DE FORMATION, DÉFENSEUR CENTRAL DE PROFESSION

Natif de Ségou, Emile Koné est le défenseur central du Djoliba, l’un des grands clubs de première Division malienne.

Le joueur et son club participent à la phase de poule de la Coupe de la Confédération de la CAF (Confédération africaine de football). Après deux journées de débats, le Djoliba occupe la dernière place du groupe avec un petit point.
 
Les Rouges (la première couleur du club), ont perdu au Nigeria de la journée initiale contre Enyimba (2-0) avant de concéder le match nul (1-1) contre Williamsville AC d’Abidjan, à Bamako.

OPTIMISME

Avec un retard de trois points sur le premier de la poule, Williamsvile AC (4 points), le défenseur axial du Djoliba reste optimiste.
 
« Nous avons toujours la chance de nous qualifier pour les quarts de finale. Le premier de notre groupe compte 4 points. Nous sommes derniers avec 1 point. Il n’y a qu’une différence de 3 points. Nous sommes optimistes. Nous pouvons même finir la phase de groupes devant les autres », déclare l’imposant défenseur axial, 1,90m et 84kg.

Emile Koné aux prises avec l’un joueur du Réal de Bamako


 
Et d’ajouter : «Nous n’avons pas encore gagné. Mais, jusqu’à présent nous sommes fiers de notre parcours. Ce n’était pas évident d’entrer dans la phase de poules. Nous allons continuer à travailler pour pouvoir réaliser notre première victoire lors de la 3è journée ».
 
Lors de la prochaine journée, le Djoliba recevra, CARA de Brazzaville, le mercredi 18 juillet prochain, au stade Modibo Keïta.
 

QUATRE SAISONS AU DJOLIBA

 
Emile Koné effectue sa 4è saison avec le Djoliba. Pour le natif de Ségou, l’aventure djolibiste a débuté lors de la saison 2014-2015.
 
« Il y avait un manque de latéral droit au Djoliba. L’arrière droit titulaire, Falaye Sacko, était à un tournoi au Sénégal avec la sélection nationale junior. Les Djolibistes m’ont fait appel. J’ai effectué un test dirigé par le coach Ivan Minaret », explique Emile Koné.

Emile Koné dans la salle de gym


A Hérémakono, il a débuté au poste de latéral droit avant d’être replacé dans l’axe par le coach Ivan Minaret.
Pourtant, Emile Koné est un milieu récupérateur de formation. Il s’est formé dans sa ville natale au centre de formation de Drissa avant d’intégrer le centre de formation de Hamady Diallo, ancien joueur de l’AS Biton de Ségou.
 
Il s’est lui-même inscrit dans ses centres. « J’aime le football. Je le pratique depuis le bas-âge. Je me suis allé inscrire moi-même au centre de formation. Je me suis battu pour pouvoir arriver à ce niveau ».

DEUX CENTRES DE FORMATION, TROIS CLUBS

 
Pour ses études, il a migré de Ségou à Kati (15 km de Bamako). Amoureux du football, il effectue une saison avec le Mamahira de Kati en 2è division avant de rejoindre la J.A. en première Division malienne.
 
C’est au sein de l’équipe de la Vielle Dame (surnom de la J.A.) que l’entraîneur Guéladio Nango lui transforme en latéral droit.
 
« La formation de milieu récupérateur m’a facilité le changement de poste. Un milieu récupérateur peut évoluer à tous les postes défensifs. Aujourd’hui, je suis plus en l’aise dans l’axe. Mais, je suis toujours disponible à jouer au milieu de terrain et dans le couloir », indique Emile Koné.
 
Il poursuit : « Mon idole ? Quand j’étais jeune, milieu récupérateur, mon idole s’appelait Mamadou Diarra ‘’Djila’’. Il jouait à Lyon à l’époque ».
 
 
Pour lui, le football ne nourrit pas son homme au Mali. « Tous les joueurs maliens ambitionnent d’aller monnayer leurs talents ailleurs. Le football malien ne nourrit pas le joueur. Les conditions sont difficiles. C’est pourquoi les joueurs veulent tous partir jouer dans les championnats étrangers », confie Emile Koné.
 
En tant que Malien, il ambitionne aussi de jouer dans l’équipe nationale.

read more

ÉLECTIONS DES BUREAUX DES DISTRICTS DE FOOTBALL : LES CLUBS DE PREMIÈRE DIVISION PEUVENT-ILS VOTER ?

Les clubs de première Division peuvent-il voter lors des élections des districts de football ? La question a créé la polémique en septembre dernier lors du renouvellement du district de Gao. Samedi 9 juin dernier, elle a été la pomme de discorde à Barouéli lors du renouvellement du bureau du district.
 
Pour les représentants du bureau de la ligue de Ségou, l’AS Bakaridjan, qui évolue en première division malienne, ne doit pas voter. Pour le président sortant du district, Lassana Kouma et ses soutiens, l’AS Bakaridjan peut voter puisqu’il n’est écrit nulle part dans les textes régissant le football malien que les clubs de l’élite ne votent pas lors de renouvellement des districts.
 
« L’AS Bakaridjan a toujours voté lors de la mise en place du bureau du district de Barouéli. Cette année, ça fait du bruit parce que ça n’arrange pas Mamadou Sow (président de la ligue de Ségou, ndlr) », a confié un membre de l’AS Bakaridjan qui a requis l’anonymat.
 
Pour un membre de la ligue de Ségou, lors des précédentes fois, le bureau du district de Barouéli s’est constitué par consensus. « Cette année, ils ne se sont pas entendus, conséquence de la crise qui secoue le football malien depuis le 15 janvier 2015 », a déclaré notre interlocuteur.
 
« Sur la question, les textes sont muets. Mais, il y a la jurisprudence. Par exemple, le Djoliba ne vote lors de la mise en place du district V de Bamako. Les Onze Créateurs non plus pour le district II. A Bamako, aucun club de première division ne vote lors des élections des districts. Les districts de football sont mises en place par les clubs de division inférieure », a-t-il rappelé.
 
Selon le bureau de la ligue de Ségou, le district de football de Barouéli est disqualifié par manque de consensus, suite au constat d’absence de club éligible (ligue 2). Après le départ des représentants de la ligue et les émissaires du CONOR, le président sortant, Lassama Kouma, qui a le soutien de l’AS Bakaridjan (le seul club du cercle), a composé son bureau.
 
Conformément à l’application de l’article 2 de la décision N 020/CoNor, une mission du Bureau de la Ligue composée du président de la Commission éthique et fair-play, Abdoulaye Issa Diakité, du secrétaire général, Sékou B. Kelepily et du secrétaire général adjoint Dubwasi Jules Dembélé assisté par les émissaires du Comité de normalisation du Fédération malienne de football (CONOR) a précédé au renouvellement du bureau des districts de football les 9 et 10 juin 2018.
 
A Bla, Issa Mallé a été élu président et Moussa Balla Cissé dirige le district de Macina tandis que Mohamed K. Dicko conduit le celui de Niono. Le bureau de San doit être renouvelé ce dimanche 17 juin.
 
Selon le camp de Cheick Oumara Soumbounou, l’article 4 de la décision N°018 du CONOR, et les articles 15 et 18.4 des statuts de la FÉMAFOOT n’ont pas été appliqués.
 
« La majorité des clubs convoqués par le secrétaire général de la ligue de Ségou, Sékou Kelepily pour le renouvellement des districts sont frappés par l’article 15 des statuts de la FÉMAFOOT qui stipule que : Tout club qui ne participe pas aux compétitions officielles durant trois saisons consécutives est automatiquement radié. Tout club radié ne pourra être re-affilié qu’après qu’il ait présenté un nouveau dossier conformément aux prescriptions de l’article 11 des présents statuts », a indiqué un défenseur de Cheick Oumar Soumbounou qui réclamait la présidence de la ligue de football de Ségou avant que le Comité de normalisation de la FEMAFOOT ne tranche en reconnaissant Mamadou Sow comme le président légitime.
 
Lors le bureau de la ligue, les 11 clubs affiliés à travers les districts de San, Ségou et Niono « pour des fins électoralistes », n’ont pas participé au vote et que les articles 15 et 18.4 de la FEMAFOOT « ne s’appliquent qu’à partir de la saison sportive 2014-2015 ».
« Le bureau de la ligue de Ségou et le CONOR ont décidé d’effacer l’ardoise afin de ne pas pénaliser les clubs qui n’ont jamais pris part aux activités sportives de la ligue parallèle de Cheick Oumar Soumbounou dit Barou durant la période de crise », explique un membre de la ligue de Ségou.
Les dés sont jetés. Il ne reste que camp de Barou Soumbounou de saisir la commission de recours.

read more

CRISE DU FOOTBALL MALIEN : IL N'Y AURA QUE LA COUPE DU MALI

C’est désormais officiel. Il n’y aura pas de championnat national de football cette année. Il n’y aura que la Coupe du Mali. L’annonce a été faite, ce samedi 2 juin par la président du Comité de normalisation de la Fédération malienne de football, Mme Daou Fatoumata Guindo, lors d’une rencontre avec les présidents et secrétaires généraux des clubs et ligues, au siège du patronat, à l’ACI 2000.
Elle a aussi déclaré que les quatre représentants maliens pour la saison 2018-2019 aux coupes d’africaines des clubs seront désignés sur la base de la Coupe du Mali. Elle a prévenu qu’un club de division inférieure ne peut pas être engagé en ligue des champions de la CAF même si il remporte la Dame coupe. « C’est une recommandation de la CAF », a-t-elle clarifié.
Elle a aussi indiqué que le règlement spécial de la Coupe du Mali sera envoyé aux clubs et aux ligues pour observations et amendements.
La présentante Mme Daou Fatoumata Guindo était accompagnée par Mamadou Samaké « Sam ».

read more

STADE MALIEN DE BAMAKO : CE QUE LES SUPPORTERS REPROCHENT AU PRÉSIDENT

Les supporters du Stade malien de Bamako ont, au cours d’une assemblée générale organisée le 13 mai dernier au Complexe Fousseyni Diarra (site d’entrainement des blancs), demandé le départ du président de leur club, Me Boubacar Karamoko Coulibaly.

Ils reprochent au président Coulibaly son incapacité de gérer le Club.

« Il ne peut pas gérer le Stade malien. Dites au comité de sages, que nous n’aimons pas le président. Il ne peut pas faire l’affaire du Stade malien. Le club recule depuis qu’il est le premier responsable », a déclaré Amadou Dramera, un des supporters du Stade malien en s’adressant au président des supporters du club.
Alou Dembélé, un autre supporter des Blancs de Bamako abonde dans le même sens.
« Me Boubacar Karamoko doit quitter la présidence du Stade malien. Le président est incapable de gérer le club» a-t-il souligné
« Notre club n’a même pas un comité directeur. Ceux qui composent le bureau ne dépensent pas. Le bureau du Stade malien doit être constitué de personnes qui donnent leur argent et leur temps au club et qui sont capables de déposer d’emblée deux millions de francs CFA », a-t-il conclu.

« Cinq titulaires ont quitté l’équipe, mais un seul joueur a été recruté, Alseny Bangoura, venu du COB», Abdoulaye Dembélé. 

Me Boubacar Karamoko Coulibaly, président du Stade malien de Bamako


Un autre supporter répondant au nom d’Abdoulaye Dembélé aborde la question sur le plan du manque d’anticipation.
« Nous savons que le Stade malien allait évoluer cette saison en ligue des champions. Mais, pourtant, le défenseur central, Ahmed Marius, le milieu récupérateur, Moussa Coulibaly « Bako », les meneurs de jeu, Aboubacar Diarra et Gouné Niangadou et l’avant centre, Amara Mallé ont été vendus » a-t-il affirmé
« Cinq titulaires ont quitté l’équipe, mais un seul joueur a été recruté, Alseny Bangoura, venu du COB. Je ne considère pas les autres joueurs, notamment Boubacar Samassékou des Onze Créateurs, parce qu’ils n’ont pas joué les matches de la ligue des champions », a-t-il indiqué.
Il a enfin déploré une situation. « C’est à un mois des matches de la ligue des champions que les joueurs ont été conviés à reprendre les entraînements. La majorité des joueurs ont fait deux semaines sans reprendre les entraînements », a-t-il souligné.

« Nous avons besoin d’un président qui peut nous faire entrer dans la phase de poules de la ligue des champions »

L’autre question soulevée est l’élimination de l’équipe de Sotuba dès les préliminaires de la ligue des champions par les néophytes ivoiriens du Williamsville.
Pour toujours Abdoulaye Dembélé qui est surnommé Alain Giresse « le Stade malien est un grand club du continent. Certaines équipes ne doivent pas éliminer le Stade malien», a-t-il déclaré avant d’indiquer : « Nous avons besoin d’un président qui peut nous faire entrer dans la phase de poules de la ligue des champions ».
Il a aussi demandé la somme perçue par le Stade malien après la vente des cinq joueurs, les dépenses effectuées dans le recrutement et la somme restante dans la caisse du club.

Répondant à ses détracteurs, le président du Stade malien, Me Boubacar Karamoko Coulibaly a affirmé que la rencontre était une Assemblée générale d’information.

« Nous allons faire le bilan général lors de la prochaine assemblée », a-t-il annoncé. Il s’est montré compréhensible. « Les supporters sont sur le nerf parce que l’équipe a été éliminée dès les préliminaires de la ligue des champions et ils voient le rival, Djoliba jouer la phase de poules de la coupe CAF. Je les comprends », a indiqué le président du Stade malien.
« Le changement de président chaque année ne fait pas avancer le club. Je suis élu pour un mandat de 3 ans. Je vais faire de reformer pour préparer le club au professionnalisme.» a-t-il conclu.
Me Boubacar Karamoko Coulibaly a été élu le 2 avril 2017 à la présidence du Stade Malien de Bamako.

read more